Allemagne 🇩🇪

L’affaire Maassen fait trembler Angela Merkel

Les manifestations de Chemitz prennent une tournure politique et fragilisent un peu plus la coalition formée par la chancelière allemande, Angela Merkel. Un homme est au coeur des débats depuis plusieurs jours Outre-Rhin, Hans-Georg Maasen.

Tout commence, fin août dernier lorsqu’un allemand de 35 ans est retrouvé mort, tué à l’arme blanche dans la ville de Chemnitz (Saxe). Très vite, deux suspects sont interpellés, ce sont deux demandeurs d’asiles irakiens et syriens. Malheureusement, leur nationalité met le feu au poudre. Ce meurtre réveille un sentiment de haine anti-migrants dans la région où le parti d’extrême droite AfD (Alternativ für Deutschland) recueille ses meilleurs résultats (27% des voix lors des élections fédérales en 2017). Et le parti en profite, accompagné du mouvement anti-islam « Pediga », pour dénoncer la politique migratoire de la chancelière allemande, Angela Merkel, en invitant les gens à sortir dans la rue. Mais très vite, le mouvement prend de l’ampleur et des groupuscules néo-nazis s’invitent dans ces rassemblements. Quelques jours plus tard, des « chasses à l’homme » sont filmées où l’on voit des sympathisants d’extrême droite poursuivre des personnes à première vue étrangère. Merkel et son porte parole, Steffen Seibert, vont d’ailleurs intervenir à la suite de la diffusion de ces images en dénonçant formellement ces scènes qui scandalisent l’Allemagne. Mais c’est bien l’intervention de Hans-Georg Maassen qui rend l’affaire politique.

Le ministre de l’Intérieur allemand, Hans Seehofer en conférénce de presse aux cotés d’Angela Merkel
Les propos de Hans-Georg Maasen font grincer des dents le SPD

Hans-Georg Massen était encore le président de l’Office fédéral de la protection de la Constitution lorsqu’il est interviewé par le journal « Bild », le 7 septembre dernier. Il remet très vite en cause les vidéos de « chasses à l’homme », selon lui ce sont de fausses informations. Des propos inacceptables pour le SPD, parti de la coalition avec les conservateurs d’Angela Merkel. Le parti du SPD et sa présidente, Andrea Nahles, veulent sa démission. Or la chancelière avait déjà eu mal à trouver un terrain d’entente pour former un gouvernement avec le SPD que cette décision est très délicate et ravive l’instabilité gouvernementale en Allemagne. Dans le même teps, dans cette alliance tri-partite (CSU, CDU, SPD), un homme très austère à la politique de la madame Merkel prend la défense de Hans-Georg Maassen. Cet homme c’est le ministre de l’intérieur, Horst Seehofer (CSU). Un poste stratégique au sein du gouvernement et il n’a pas hésité à montrer son désaccord avec la chancelière et notamment sur les questions migratoires. L’affaire Maassen est pour lui un nouveau moyen d’appuyer l’opposition à Merkel en exprimant sa confiance envers le président de l’Office fédéral de la protection de la Constitution.

Siège du SPD à Aachen

Mais c’est finalement après une deuxième réunion de crise entre les trois partis, le 18 septembre 2018, que Maasen est poussé à la démission. Seehofer se montre une nouvelle fois très offensif en nommant Maassen secrétaire d’État au ministère de l’Intérieur. Une démission qui, en apparence, sauve le gouvernement Merkel mais qui, en réalité, fait office de promotion pour le nouveau secrétaire d’Etat qui selon de nombreuses sources devrait gagner un salaire plus élevé dans ses nouvelles fonctions. La présidente du SPD, Andrea Nahles a annoncé que la gauche souhaitait une révision de cette nomination et qu’elle était « difficile à supporter » pour le SPD. Angela Merkel juge d’ailleurs “opportun de revoir les questions en suspens et de trouver une solution commune et durable” selon son porte parole, Steffen Seibert. Un épilogue très attendu en Allemagne puisqu’après un début de mandat compliqué, cette affaire pourrait bien servir un peu plus au parti d’extrême droite AfD.

1 thought on “L’affaire Maassen fait trembler Angela Merkel”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *